1 mois aux Philippines, entre rizières et eaux turquoises

C’était ma 2e fois aux Philippines en moins de 2 ans et je n’ai pas été déçu. Faut dire que la gentillesse de ce peuple y compte pour beaucoup. Je ne sais pas comment j’aurais pu m’orienter dans les transports sans l’aide des locaux, toujours prêts à m’aider. Les Philippins ou  »Filipinos » s’intéressent aux touristes, ils viennent nous voir et posent des questions. Leurs sourires sont réconfortants. Ce que j’aime le moins de ce pays, c’est la nourriture. Rien d’extraordinaire, mais il est possible de bien s’en sortir !

En 1 mois, je me suis promenée entre les montagnes du nord dans ses merveilleuses rizières en terrasses, ainsi qu’entre les îles aux eaux turquoises pour y faire ce que je préfère : la plongée, et ma nouvelle passion, me promener en scooter ! Mon itinéraire :

Capture d_écran 2018-04-19 à 15.28.39

Comme d’habitude, je fuis les grandes ville et je tente le plus possible d’être loin des zones très touristiques. Le coté plus négatif de cela est que parfois je me suis retrouvée dans des endroits assez éloignés ou le transport est plus compliqué et parfois il est plus difficile de socialiser. Malgré cela, ça vaut le coup pour plusieurs raisons, voici pourquoi :

Nord des Philippines: Banaue et Sagada 

Pour se rendre à Banaue au départ de Manille, il est possible d’y aller en bus, un trajet de 10h qui m’a rappelé que j’avais le mal des transports, même 20 ans plus tard. Toujours avoir des gravols à portée de main en voyage !

Pour explorer les renommés rizières en terrasses, j’ai opté pour un treck de 3 jours dans les montagnes, permettant de dormir dans les villages sur notre chemin. 52 KM de randonnée, de montée et de descente … il faut se mettre en mode Rambo et foncer. Chaque nouveau point de vue en vaut la peine. Au final, nous avons croisé que très peu de touriste, et l’hébergement dans les villages perchés au milieu des rizières est très authentique. Réveil assuré à 5h00 du matin aux chants des coqs. Ici, le seul moyen de transport est la marche. Les locaux cultivent le riz pour subvenir à leurs besoins, on croise beaucoup de jeunes enfants et plusieurs chiens qui nous suivent parfois pendant des heures juste pour le plaisir. J’ai compris pourquoi il y avait autant de chiens… ici on les retrouvent sur le menu ! Ce qui m’aura marqué le plus de cette randonnée, c’est le calme (ou devrais-je dire l’absence de bruit de moteur!) ainsi que la température fraîche la nuit.

Banaue homestay organise des tours avec des guides locaux, apportez des vêtements chaud !

IMG_4650

La région de Palawan : Coron et El nido

Coron Island est de plus en plus populaire. La petite île est bondée de touristes, les espaces sont restreints et c’est plutôt bruyant, mais les paysages en valent le coup. J’ai aussi trouvé qu’il y avait moins de bonne options restaurants pour le soir, si l’on compare à El nido. J’ai principalement fait de la plongée et du snorkeling, c’était ma 2e fois sur cette île. Le must pour les plongeurs ici, ce sont les épaves japonaise de la 2e guerre Mondial, il est rare d’en retrouver une aussi grande concentration. J’ai fait 9 épaves sur 11, j’y suis presque !

El nido maintenant, pour quoi y aller ? Principalement pour faire du island hopping, des sorties en bateau pour visiter les plages et les nombreuses petites îles paradisiaques de l’archipel de Bacuit. Aussi, les couchées de soleil sur la plage de Corong Corong sont à couper le souffle. Pour voir un maximum d’îles sans être contraint par les nombreux touristes (ce qui veut dire d’être possiblement empilé dans un bateau, porter une grosse flotte orange et faire la file pour prendre des photos…)  j’ai décidé de faire une croisière de 3 jours avec option camping sur la plage. Oui, l’hébergement est très rudimentaire, mais l’avantage, c’est que nous avons pu visiter les réputés lagons très tôt le matin, évitant ainsi les foules. J’ai adoré l’expérience, on mange bien, le personnel est toujours souriant et aidant. De plus, le camping permet de vivre une expérience différente.

Allez voir la compagnie Native Exploration pour plus d’informations !

IMG_5090

Île de Bohol et Siargao : faire du scooter et compter les sourires

J’en ai fait des kilomètre en scooter sur ces îles…. c’est bien adapté pour apprendre à faire du scooter car c’est assez tranquille et vraiment, les gens sont adorables. Je me suis sentie en totale sécurité sur les 2 îles. Il suffit de se promener dans les chemins plus éloignés, vous pourrez voir des chutes d’eau et croiser de petits villages ou presque tous les gens que vous croiserez vous feront de grands sourires. J’ai d’ailleurs testé un Airbnb à Bohol et j’ai été accueillie par un couple de retraités TOTALEMENT adorables ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour dormir dans un endroit stratégiques et tranquille au centre de l’île de Bohol, je recommande fortement l’hotel Fox and Firefly cottage à Loboc (super rapport qualité prix !!) La visite des Chocolates Hills (des formations de montagnes étranges) se fait très facilement en scooter. Aussi pour voir le fameux Tarsier, le plus petit singe au monde, il faut aller au centre de conservation de Corella, où ils sont (je crois) mieux traités.

Siargao quant à elle, est une île de surf,  plus jeune. On y sent tout de suite une atmosphère un peu bohème. Ils a plusieurs cafés et restaurants invitant et stylé (imaginez pleins de des plantes, les pieds dans le sable, des meubles de bamboo…) Ici, pas le choix de louer un scooter, tout le monde en a un ! Je recommande de faire le tour de l’île en scooter sur 2 jours pour prendre son temps.

IMG_5990

Sud de Leyte : pour la plongée sous marine

Le sud de Leyte est très peu touristique. La plongée sous marine en fait sa principale attraction… et j’ai compris pourquoi. J’ai plongé dans le secteur de Malitbog et le corail est grandement en santé, on y voit du corail mou en abondance et de toutes les couleurs. Il y a tellement de poissons que je ne savais plus ou regarder. Comme on le voit dans mon montage vidéo ici-bas, ça donne l’impression d’être dans un aquarium ! 

La fin de mon voyage approchait et c’est à la dernière minute que j’ai décidé de faire un arrêt à Pintuyan, reconnu pour être un endroit où le requin baleine abonde à certains moments de l’année. C’était un rêve de nager avec cette grosse bibitte et je ne voulais surtout pas le faire à Oslob où ils sont nourris, voir domestiqués…  La municipalité de Pintuyan organise des sorties, simplement vous présenter à leur bureau au centre de la petite ville. C’est sans regret que j’ai fais escale dans ce petit village. J’ai eu la chance d’en voir 3 au total… sur une période d’environ 1h45. J’avais le coeur qui débattaient et mes jambes n’allaient pas tenir le coup tellement je nageais à ma pleine capacité ! J’ai été très chanceuse car j’étais seule à m’amuser avec eux, j’ai donc eu tout mon temps pour les observer. Quel beau feeling. 

J’ai pris un risque en m’arrêtant à Pintuyan, je n’avais pas d’hébergement et je ne savais pas qu’elles étaient mes chances d’en voir, je peux maintenant dire que ça été la meilleure décision de mon voyage aux Philippines ! Parfois, l’improvisation fait place à des moments inoubliables !

Si vous êtes amoureux de l’ocean et à la recherche d’un peuple accueillant,  je vous recommande ce pays qui est vraiment de plus en plus populaire.

Vous avez des questions ? N’hésitez pas à m’écrire ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s